À propos de la BPCO

La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) se caractérise par une limitation persistante du flux d’air dans les poumons due à un rétrécissement progressif des voies respiratoires, ce qui gêne la respiration normale. Elle est l’une des premières causes de morbidité et de mortalité, bien qu’elle ne soit pas encore reconnue comme telle. La BPCO touche à l’heure actuelle environ 190 millions d’individus dans le monde[1], dont plus de 15 millions d’adultes diagnostiqués aux États-Unis[2]. On estime que la BPCO représente un lourd fardeau financier pour le budget américain des soins de santé, à savoir 50 milliards de dollars américains[3].

La BPCO est un terme générique pour décrire un groupe de maladies, comme le syndrome des « petites voies aériennes » (bronchite chronique) et l’emphysème, caractérisé par une obstruction chronique et non complètement réversible des voies respiratoires, qui gêne la respiration normale.

L’obstruction (ou le rétrécissement) des voies respiratoires peut résulter de n’importe quelle combinaison des [2] quatre mécanismes de base suivants :

    1. La contraction des muscles lisses se soldant par une bronchoconstriction occasionne un rétrécissement des voies respiratoires ;
    2. Une production excessive de mucosités se soldant par un blocage des voies respiratoires ;
    3. Un épaississement de la paroi des voies respiratoires, qui peut résulter d’une inflammation ou d’une hypertrophie des muscles lisses ou des glandes muqueuses ;
    4. L’altération des structures autour des voies respiratoires, comme la destruction emphysémateuse du tissu pulmonaire, peut se solder par une perte de la traction radiale sur la paroi des voies respiratoires, ce qui entraîne un rétrécissement des voies respiratoires.

Lorsqu’une combinaison de ces quatre mécanismes fondamentaux survient, on note une obstruction générale et variable des voies respiratoires, ce qui entrave la respiration des patients et se solde par des symptômes comme l’essoufflement (dyspnée), une respiration sifflante, un serrement dans la poitrine et une toux productive.

La plupart des patients reçoivent un traitement pharmacologique lorsque ces symptômes se manifestent. Des médicaments inhalés sont prescrits une ou deux fois par jour pour détendre et ouvrir temporairement les voies respiratoires. La réhabilitation pulmonaire, l’administration d’oxygène et une intervention chirurgicale sont d’autres traitements envisageables.

Holaira développe un dispositif mini-invasif pour traiter la BPCO. Ce traitement bronchoscopique simple et réalisé en une seule fois porte le nom de dénervation ciblée du poumon (Targeted Lung Denervation, TLD). Ce traitement bronchoscopique simple et réalisé en une seule fois porte le nom de dénervation ciblée du poumon (Targeted Lung Denervation, TLD). Il permet d’améliorer durablement toute la fonction pulmonaire pour les patients atteints de BPCO en libérant les voies respiratoires obstruées. Les patients respirent plus facilement. La TLD fait actuellement l’objet d’essais cliniques ; elle n’est pas encore commercialisée.

Pour obtenir plus d’informations sur la BPCO, nous vous recommandons de consulter les sites Web suivants :
Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease (GOLD)
European Respiratory Society (ERS)
European Lung Foundation
American Lung Association
National Heart Lung and Blood Institute

Pour examiner les options thérapeutiques existantes à l’heure actuelle pour traiter la BPCO, veuillez consulter un professionnel de santé.


[1] BPCO, mai 2013, TDI, Inc.
[2] CDC MMWR, 23 nov 2012, volume 61, No. 46
[3] American Lung Association, fiche technique sur la BPCO, février 2011

COPD